Quelques astuces gagnantes pour maximiser son retour d’impôts

Quelques astuces gagnantes pour maximiser son retour d’impôts

Que tu aies recours à un comptable ou que tu les fasses toi-même, la période des impôts peut souvent générer du stress et de l’anxiété. Cela est tout a fait normal, car la fiscalité contient tellement de subtilités, de termes techniques et d’exceptions, qu’il est facile de se sentir dépassée!

Mon objectif avec cet article est donc de partager quelques astuces (celles qu’on oublie souvent) afin de t’apporter un peu de sérénité et t’aider à tirer profit de chaque dollar dépensé.

1- La préparation est la clé du succès

La meilleure façon de ne pas payer plus d’impôts que tu ne devrais, est de t’informer sur les déductions auxquelles tu pourrais avoir droit. Et pour ce faire, cela demande du temps et de la préparation. Du temps pour trouver l’information, te procurer tous les justificatifs, classer de manière ordonnée tous tes relevés, etc.

Même si tu fais affaire avec un comptable, être informée et préparée est primordial! Personne ne connaît mieux ta situation fiscale que toi. Surtout qu’en cas d’erreur, sache que le comptable n’est en rien responsable. Une erreur peut en effet te coûter très cher : frais supplémentaires à débourser en cas d’erreur et je ne parle même des cas où le gouvernement peut considérer une erreur comme une fausse déclaration !

Mon conseil : tout au long de l’année, conserve et classe toutes les pièces justificatives dont tu pourrais avoir besoin pour faire ta déclaration d’impôts.

2- Impôts : comment maximiser son retour d’impôts ?
  • Les frais médicaux : Il s’agit de frais que l’on a tendance à oublier, mais les frais médicaux sont déductibles d’impôts : les frais pour les lunettes, lentilles, le dentiste, tes cotisations à un régime d’assurance collectives, etc. Pour être sûre de ne rien oublier, non seulement je conserve tous mes reçus. Mais au mois de janvier, je vais également voir mon pharmacien pour lui demander le relevé de mes achats de médicaments sur ordonnance.
  • Les dons et autres petites dépenses : Beaucoup d’entreprises québécoises organisent des évènements caritatifs auxquels les employés contribuent en faisant des dons (collecte de fonds, bake sale, courses, etc.) En tant que conseillère RH, rien que l’année dernière, j’ai organisé 3 évènements de ce type.
  • Mais savais-tu que tout don supérieur ou égale à 20$ était déductible d’impôt? C’est notamment pour cette raison que je demande automatiquement un reçu officiel de don auprès des organismes ou œuvre de bienfaisance que je soutiens…notamment quand j’achète en liquide pour 20$ de donuts!
  • Les Boss Ladies : Tu es travailleuse autonome et tu travailles de la maison? Tu pourrais en effet déduire certaines dépenses de travail telles que : les frais de transports (voiture et autres voyages d’affaire), ton équipement informatique, la papeterie, tes factures de téléphones, frais d’adhésion à un ordre professionnel, les frais de bouches (diner avec des clients par exemple), etc.

Pour maximiser cette fiscalité qui peut s’avérer complexe mais pleine d’opportunités, je recommande chaudement de faire appel à un comptable professionnel qui saura te guider et te conseiller.

  • Les frais déménagement pour les travailleurs et nouveaux diplômés : Tu viens d’avoir ton diplôme et considère sérieusement t’installer en région? Sache qu’il existe un crédit d’impôt ( environ 10 000$ en crédit) pour les nouveaux travailleurs en activité en région!

Par ailleurs, tu as déménagé, car tu as trouvé un nouvel emploi, ou tu as changé d’établissement scolaire (niveau postsecondaire). Si ton nouveau lieu de résidence te rapproche d’au moins 40km de ton nouveau lieu de travail et d’études, tu pourrais avoir les déductions admissibles pour les frais suivants : embauches de déménageurs, location de camion, frais d’entreposage, frais liés à la résiliation de ton bail, etc.

  • Frais de garderie et les activités sportives et culturelles : Si tu as des enfants, sache que les frais de CPE, les frais de garde privée ou scolaire sont partiellement remboursés au provincial. Pour les enfants âgés entre 5 et 16 ans, garde tous tes reçus. Tu pourrais aussi avoir droit à des déductions, pour les dépenses relatives à leurs activités culturelles et sportives.
  • Les REER (Régime enregistré d’épargne retraite) : Cotiser dans un REER est la meilleure stratégie pour réduire son impôt maintenant…et en payer moins plus tard! En effet, les sommes que tu verses dans ton REER te permette de diminuer ton revenu imposable pour l’année de cotisation et donc tout au long de ta vie active. Une fois la retraite arrivée, comme tes revenus (ta pension par exemple) seront bien moindre au moment de les retirer, au final tu paieras moins d’impôts sur ces sommes!

Pas familière avec les REER? Comme une image vaut mille mots, voici deux petites illustrations.

Source : Banque nationale

Tu as jusqu’au 30 avril pour faire ta déclaration, donc j’espère que mes petits conseils auront été utiles. L’entraide est la clé de notre communauté, donc si tu as d’autres astuces, ou un bon comptable à référer, n’hésite pas à le faire en commentaire.

Source: https://www.lesaffaires.com/mes-finances/fiscalite/43-conseils-pour-reduire-vos-impots/555289

https://www.bnc.ca/particuliers/conseils/epargne-placements/cotiser-a-son-reer-pour-payer-moins-dimpot-4-cas-concrets.html

18 astuces pour payer moins sur l’impôt des particuliers au Québec | Comment sauver de l’impôt?

Conciliation travail et vie personnelle : Comment trouver son équilibre ?

Conciliation travail et vie personnelle : Comment trouver son équilibre ?
conciliation travail famille 3

Dans le monde ultra connecté dans lequel nous évoluons, la frontière entre travail et vie personnelle s’amincit et devient de plus en plus perméable. En tant que travailleurs, certes, nous avons vu notre temps de travail diminuer par rapports à nos ainés. Néanmoins, les responsabilités ainsi que les exigences de performances et de productivité ont elles fortement augmenté. Pour reprendre les propos de Mme Stacy Parker, Vice présidente exécutive du marketing de Randstad, je constate au quotidien en tant que gestionnaire ressources humaines, que la technologie contribue à fusionner la vie personnelle et professionnelle des employés. “Aucune génération n’a été aussi branchée que celle-ci et, pour le meilleur ou pour le pire, […] On n’arrête pas de vivre quand on va au travail et souvent, aujourd’hui, on arrête pas de travailler quand on arrive à la maison.” [1]

1 – Quels sont les impacts?

De nos jours, en tant qu’individus nous ne voulons plus uniquement nous définir que par notre métier. De plus, la quête d’épanouissement personnel peut être génératrice de stress et entrer en contradiction avec l’exigence de performance au travail.

Au quotidien, concilier travail et vie professionnelle peut devenir un choix cornélien. Or, le manque de conciliation peu avoir des impacts négatifs sur notre vie :

  • Réduction du temps consacré aux activités autres que le travail (loisirs, bénévolats, etc.) ;
  • Sentiments d’être dépassé, de perte de contrôle ;
  • Diminution de l’efficacité ;
  • Absentéisme ;
  • Troubles de l’humeur et du sommeil, anxiété et augmentation du stress ;
  • Développement de mauvaises habitudes de vie, mauvaise alimentation et baisse de l’exercice physique.

2 – Respecter ses valeurs!

L’objectif de cet article est avant tout de te donner des outils te permettant de trouver un équilibre entre ta vie au travail et ta vie personnelle. Pour tendre vers cet équilibre et mettre en place les actions requises pour atteindre cette stabilité, il est crucial de prendre le temps de la réflexion et de définir ses valeurs et objectifs de vie.

Il est possible de les distinguer de la manière suivante[2] :

conciliation travail famille 2

 

  • Le professionnel : inclus le travail et les projets professionnels ;
  • Le relationnel : les relations amoureuses, familiales et amicales ;
  • Le financier : les sources de revenus, tes dettes, etc ;
  • La santé : l’alimentation, le bien-être et les activités physiques, etc ;
  • Les loisirs : le temps consacré à soi, les activités culturelles, l’implication communautaire, etc.

 

3 – Prioriser ses objectifs

Les objectifs que tu te fixes en fonction de tes valeurs ne sont pas immuables et seront appelés à évoluer. Mais il est important de prioriser les objectifs qui actuellement te tiennent à cœur. Par exemple, si le financier et le professionnel sont des objectifs importants pour toi, il est tout a fait normal que tu y consacres plus de temps que quelqu’un qui valorise le relationnel et la santé.

Trouver l’équilibre ne signifie pas accorder un temps égal à chaque objectif. Trouver l'équilibre pourrait se résumer à faire des choix…dès lors que le professionnel domine les autres objectifs et devient ainsi vecteur d’insatisfaction et potentiellement de stress.

En parlant d'équilibre, es-tu familière avec la règle des 33 % ?

Si toi aussi tu désires partager tes conseils et astuces pour une meilleure conciliation, n’hésites pas à les partager avec nous! En effet, les choix sont multiples et propres à chacun. C’est en assumer les conséquences qui peut s’avérer être difficile. Cependant, garde en tête que le “bonheur est une décision que nous prenons d’être heureux quoiqu’il arrive” (André Marois).

Signature article Bibisha

Commencer un nouvel emploi en toute sérénité

Commencer un  nouvel emploi en toute sérénité

C’est la rentrée et tu viens de décrocher l’emploi que tu convoitais depuis des semaines, voir des mois… or le plus dur reste à venir! Certes, cela n’a pas été une mince affaire et tu as passé avec succès les différentes étapes du processus de sélection. Mais les premiers jours en poste sont cruciaux, voir déterminants, pour réussir avec brio ton intégration au sein de ta nouvelle structure.

1- Dès le premier jour, sois au meilleur de toi-même !

Pour ce faire, il est nécessaire de recharger ses batteries et de faire le plein d’énergie. Nombreuses sont les personnes à quitter un poste pour en débuter un autre. Or, il est important de prendre le temps de faire une pause et ainsi prendre du recul par rapport à l’expérience passée. En effet, une pause de 2-3 jours, te permettras de te concentrer sur tes nouveaux objectifs professionnels et ainsi canaliser toute ton énergie en vue des prochains challenges à venir. De plus, c’est très souvent au début d’un nouvel emploi que tu fais ton quota d’heures supplémentaires, donc être en forme et avoir les idées claires, te permettra d’aborder ta première semaine de travail en toute sérénité !

2 –  Construis ton réseau interne

La communication est la clé de toute intégration réussie. Or,  bien communiquer prend du temps car la bonne communication passe par des éléments  tels que l’écoute active, l’observation,  la création d’un climat de confiance, etc.

Donc dès le premier jour, accompagnée de ta légendaire bonne humeur, sois authentique et va à la rencontre des gens. Dis bonjour tout simplement, que cela soit à la machine à café ou dans l’ascenseur et prends le temps de te présenter auprès de tes collègues les plus proches.

Prends également le temps d’écouter et d’observer les échanges entre collègues, afin d’identifier les personnes stratégiques qui te permettront de saisir les subtilités de la culture de ta nouvelle entreprise et l’aspect plus ” politique” de ton rôle.

3 – Clarifie tes attentes…et celles de ton patron!

La nouveauté est en général synonyme d’attentes ; attentes qui peuvent trouver leurs origines dans la peur de la nouveauté, la peur de décevoir, le besoin de performer, etc. Pourtant, les attentes (surtout si elles sont déraisonnables) peuvent-être génératrices de stress et d’anxiété. De ce fait, avant même ton premier jour de travail, il est important de te demander en quoi ce nouvel emploi va te permettre d’atteindre tes objectifs professionnels.

Que ces derniers soient à moyen ou long terme, et comment leur atteinte va contribuer à ton développement professionnel. Dès ton premier jour en poste, clarifie les attentes de ton boss à ton égard, et fait un point sur celles-ci à l’issu du premier mois et chaque mois à venir. Et si en l’occurrence, tu es la Boss, il est crucial de communiquer tes attentes à tes collaborateurs.

4- Les comparaisons avec ton ancien poste, tu éviteras !

Pour reprendre une citation de M. Jean-François Gingras, M. Ps., CRHA, et directeur chez Raymond Chabot Ressources Humaines inc., ” En acceptant un nouveau poste, vous changez vos vieilles chaussures pour des souliers neufs qui pourront vous sembler inconfortables par moments.”[1] Donc le principal, en tant que Boss Lady, est de garder ton objectif principal en tête; à savoir ton développement professionnel et personnel. Saches le, les deux vont de paires. De plus, si tu as été amenée à quitter ton ancien travail…c’est bien pour une raison!

Donc sois patiente, persévérante et avant tout, ouverte d’esprit quant à ce nouvel environnement de travail que tu dois faire tiens. Concentre-toi sur une chose principale : te démarquer au quotidien et démontrer que tu fais la job comme personne !

Comme l’affirmait l’écrivain anglais, Samuel Johnson, “Ce n’est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes œuvres” Donc si tu as récemment opéré un important changement professionnel et que tu souhaites partager ton expérience, n’hésites pas à le faire en commentaire.

 

 

 

[1] http://www.portailrh.org/votre_emploi/fiche_lesoleil.aspx?f=33447

crédits photos : Pixabay

Comment atteindre et rayonner dans son plein potentiel?

Comment atteindre et rayonner dans son plein potentiel?

Bon matin les filles !

Cet article m’a été inspiré par un point de vue publié dans la revue des Conseillers en ressources humaines agréés[1] traitant de l’estime de soi.

En tant que conseillère Ressources Humaines et coach carrière, la connaissance de soi et l’expression de mon leadership naturel en un leadership d’influence, sont des éléments clés pour moi.

Pour me former continuellement, je lis et participe à divers colloques et conférences à ce sujet. Et c’est justement lors d’une de mes recherches, que je suis tombée sur cette conférence : Cocktails et talons #larencontreDesBossLadies.

Après avoir été dans un premier temps séduite par le titre accrocheur de cette conférence, je me suis immédiatement posée la question de ma crédibilité : suis-je une “Boss Lady” ?

À priori, oui, vu que j’utilise moi-même ces termes dans mes articles. Mais est-ce que je corresponds au stéréotype que l’on s’en fait ; à savoir celui de la femme sûre d’elle, entrepreneure, au succès fulgurant et entourée d’autres femmes entrepreneures, aussi indépendantes et “successful” qu’elle?

Si je me fie à cette image, alors je dirais que non!

En effet, je ne suis pas une entrepreneure et, comme de nombreuses femmes, il m’arrive de douter…surtout quand je suis en dehors de ma zone de confort. Mais par dessus tout, loin d’être trépignante, ma vie est assez monotone et routinière.

Et pourtant, je me vois comme une Boss Lady !

En effet, pour moi, une Boss Lady est avant tout une femme qui se connaît, ce qui lui permet d’exceller dans ce qu’elle fait de mieux ! C’est une femme qui malgré ses doutes, n’a pas peur d’aller créer sa chance, en saisissant toutes les opportunités lui permettant d’atteindre son but. Et ce, tout en respectant, épaulant et en influençant positivement les autres femmes, qu’elle a la chance de rencontrer et côtoyer.

Pour réussir à te sentir une “Boss Lady”, toi aussi, je t’invite à lire ce qui suit et à te fixer ces 2 objectifs principaux  :

1- Atteindre ton plein potentiel !

Pour ce faire, il faut considérer à sa juste valeur l’intelligence émotionnelle ; à savoir « La manifestation concrète de certaines compétences (conscience de soi, gestion de soi, conscience sociale et compétences sociales) en temps voulu, de manière adéquate et proportionnée afin d’être efficace dans une situation donnée » (Boyatsis, Goleman et Rhee 2000)[2].

C’est-à-dire, savoir s’écouter et être consciente de ses émotions; mais aussi percevoir, analyser et comprendre ce qui se passe autour de nous, ainsi que les expériences que nous vivons. En effet, des études démontrent que pour réussir, notamment dans la vie professionnelle, il est nécessaire d’être en adéquation avec ses valeurs, orientations et objectifs de vie.

Il est donc crucial d’entreprendre des activités qui nous motivent, nous stimulent et donc qui nous font du bien. Quand nous nous retrouvons dans la situation inverse, à savoir que nous effectuons des choses qui nous stressent, nous frustrent ou qui vont à l’encontre de nos principes ; cela génère une insatisfaction et nous rend malheureuses !

Or, être en symbiose avec soi-même et accepter ses émotions, nous permet en tant qu’individu, d’identifier les choses qui nous font du bien et nous font grandir.

Soit autant d’éléments positifs, qui sans efforts, développent chez nous un sentiment d’accomplissement et de réalisation de soi.

2 – Nous sommes le fruit de nos choix!

Adam Grant, un célèbre auteur du New York Time affirma la chose suivante : ” Il y a des années, des psychologues ont découvert qu’il y avait deux façons de réussir : le conformisme et l’originalité. Le conformisme suppose de suivre la multitude sur des chemins balisés et de respecter l’état des choses. L’originalité consiste à emprunter des routes moins fréquentées en défendant des idées nouvelles, à contre-courant, mais qui finissent par améliorer les choses.

La réussite irait donc de pair avec l’originalité…et donc la créativité!

Par conséquent, osons! Et approprions-nous, nos réussites et nos épreuves en prenant le risque de réussir et donc de s’épanouir !

Or, qui dit “risque”, dit “se mettre en danger”. Cela requiert de sortir de sa zone de confort et surtout…de se mettre en action!

Mais comment ?

1- Ayez l’audace de changer votre perspective en faisant les choses différemment

2- Allez chercher l’information ainsi que les opportunités, aussi minimes qu’elles puissent paraître à prime abord. Car toutes les opportunités vous apportent une chose cruciale et inestimable : l’expérience !

3- Fixez-vous des objectifs concrets et spécifiques, ce qui vous permettra de visualiser vos progrès et d’apprécier vos réalisations.

4- Dream Big! Consignez vos idées et soyez patientes! “c’est la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante.Paulo Coelho.

L’article dont je vous parlais au début, s’achève avec le propos suivant : “Chaque expérience nous propulse vers un but, vers un objectif […] chaque défi nous permet d’apprendre et de nous enrichir!”.

Pour ma part, mon parcours professionnel, loin d’être linéaire, a été ponctué d’immigration, de retour aux études et même de redémarrage à zéro. Or, je pense aujourd’hui être là où je devrais être !

Tous ces défis me permettent, maintenant, de rayonner dans mon plein potentiel !

Je suis en effet reconnue et sollicitée par mes pairs pour mes compétences et habilités personnelles ; soit autant de caractéristique, qui font de moi la femme et la professionnelle que je suis.

Et vous mes Boss Ladies, êtes-vous dans votre plein potentiel ?

Partagez vos points de vue et expériences en commentaires !

Sources : 

[1] https://www.intemotionnelle.com/quest-ce-que-lintelligence-emotionnelle/

[2] Guylaine Couture, CRHA; “Rayonner dans son plein potentiel”; La revue des CRHA et CRIA; vol. 21 numéro 2.

Comment sortir du lot en entrevue

Comment sortir du lot en entrevue

Le moment tant attendu de l’entrevue se profile à l’horizon ! Tu te sens en confiance car bien sûr, tu as fait tes devoirs. Mais ton but n’est pas de faire une bonne entrevue, mais de démontrer à l’employeur tant convoité que tu es LA perle rare  qu’il recherche. Et pour ce faire, il y a quelques détails à ne pas négliger car comme on le sait toutes…le diable se trouve dans les détails.

1 – On n’a qu’une seule fois l’occasion de faire une bonne impression

Cela peut sembler être une évidence, mais je ne compte plus le nombre de candidats reçus en entrevue qui semblent l’oublier. En effet, en tant que candidate, sache que tu seras évaluée dès ton entrée dans les locaux de l’entreprise. Cela concerne autant ton apparence vestimentaire que l’attitude que tu adopteras avec les divers interlocuteurs que tu rencontreras. Mes conseils :

La ponctualité : un must! l’idéal est d’arriver 10 minutes avant l’heure de ton rendez-vous. En effet, arriver trop tôt comme 30 minutes avant l’heure de rendez-vous,  peut certaines fois ne pas être bien vu par certains employeurs.

Le parfum : Évite de porter des parfums aux notes trop prononcées car très souvent les entrevues se déroulent dans des endroits clos et cela peut devenir très incommodant pour ton interlocuteur. Rappelles-toi que la personne qui fait l’entrevue est humaine avant tout, et tu ne veux pas courir le risque que ton entrevue soit écourtée à cause d’un parfum trop capiteux!

La tenue vestimentaire : Ton objectif est de démontrer que tu as une parfaite compréhension de milieu dans lequel l’entreprise évolue et ainsi gagner en crédibilité. La finalité n’est pas forcément de dress to impress…mais presque!

La courtoisie ne coûte rien et achète tout : Sois polie et courtoise avec tous les employés que tu rencontreras sur ton passage, que cela soit à la réception ou dans le couloirs. En effet, il est important de laisser une impression positive, non seulement aux recruteurs mais aussi à tous les employés avec lesquels tu auras une interaction, aussi brèves soit-elle.

2 – Laisser sa marque :

Établir le dialogue et engager la discussion avec ton interlocuteur, en répondant aux réponses de manière structurée et à l’aide d’exemple concrets est primordial. Fais des recherches exhaustives sur l’entreprise, ses produits, ses compétiteurs, etc. Objectif :  te démarquer en ayant des propos intelligents et pertinents!  

3 – Demande et tu recevras !

Selon de récentes études, 20% des femmes ne négocieraient pas leur salaire[1]! Or avec un marché du travail en pénurie de main d’œuvre, ton pouvoir de négociation est encore plus grand! Donc encore une fois, la meilleure des tes armes est la préparation. Donc présente-toi en entrevue en connaissant les salaires dans ton domaine et à toi de négocier comme une Boss Lady! Très important : Tout comme le salaire, les avantages sociaux se négocient aussi…et pas de négociation à la première entrevue !

4- Les références 

Il est extrêmement commun au Canada que lors de ton entrevue, on te demande de fournir tes références professionnelles. Sois donc prête, en créant ton propre formulaire de consentement de vérification des références professionnelles, que tu remettras à ton interlocuteur. Non seulement cela t’évitera de devoir chercher les contacts dans ton téléphone et encore une fois, tu démontreras que tu es une candidate organisée mais surtout avisée!

5 – Courriel de remerciement

J’ai pour habitude de TOUJOURS envoyer une courriel de remerciement après mes entrevues afin de réitérer mon intérêt pour le poste et remercier mon interlocuteur de m’avoir reçue en entrevue. Crois-moi, très peu le font et donc tu sortiras assurément du lot!

L’avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves” [2] Donc maintenant à toi de jouer et sparkle on!

[1] Linda Babcock, Sara Laschever; “Why women don’t ask, the high cost of avoiding negotiation and positive strategies for change.

[2] Eleanor Roosevelt, ancienne Première Dame des États-Unis

 

Les 5 commandements pour un cv qui se démarque

Les 5 commandements pour un cv qui se démarque

 

Souvent négligé, le curriculum vitae (CV) est pourtant à considérer comme ta carte d’affaire. Étant très souvent ton premier contact avec ton “futur employeur” (un peu de renforcement positif ne fait pas de mal), le cv doit donc refléter ta carrière…et ta personnalité!

1 – Clair et concis ton CV sera

Première chose à savoir, dans les ressources humaines, on aime l’efficacité! Et quand pour un poste nous devons passer au travers d’une centaine de CV, on n’a pas le choix que d’être…efficace! Pour que ton cv soit claire, il faut qu’il soit bien organisé et structuré, que l’information pertinente se trouve au bon endroit et soit facilement accessible pour celui qui le lira. De plus, si tu es doctorante et que tu as publié des articles et autres, oui, ton CV mérite de faire 3 pages. Mais dans le cas contraire, 2 pages est le format standard. Personnellement, en période intense de recrutement, je ne consacre pas plus d’une dizaine de seconde à l’analyse d’un cv…donc tu sais quoi faire pour passer le premier filtre!

2 – Un titre tu lui donneras

Quoi de plus clair qu’une personne qui dit tout simplement ce qu’elle recherche et son expertise! En effet, d’un simple coup d’œil cela me permet de savoir à qui j’ai à faire. De plus, très souvent dans les entreprises, il se peut qu’il y ai plus d’un poste vacant. Donc, quand ton CV n’a pas de titre, cela me mets dans la situation de devoir “deviner” le poste qui te correspondrait et cela rend ta candidature moins solide. En effet, un titre me donne de l’information sur ton projet professionnel, mais aussi (pour celles qui adoptent le choix du sous-titre), tes années d’expérience, tes qualifications, ta disponibilités, etc. Considère le titre de ton CV comme un “teaser”, qui doit susciter l’intérêt du recruteur et lui donner envie d’en découvrir un peu plus sur toi et ton parcours!

3 – Un résumé professionnel tu rédigeras

Très souvent, les candidats attendent la deuxième page et l’avant dernière section de leur CV pour donner des informations clés, comme leur(s) diplôme(s). Pourquoi? Sachant que pour certains postes, l’obtention de tel diplôme, est une condition sine qua none, pourquoi ne pas l’indiquer d’office dans un petit paragraphe d’introduction résumant ton parcours professionnel? Rédigé à la troisième personne (cela permet d’éviter de dire “JE” à chaque ligne), tu donnera les informations les suivantes :

  • tes années d’expériences (si tu ne l’as pas indiqué dans ton sous-titre) ;
  • ton diplôme le plus pertinent pour le poste auquel tu postules et l’année d’obtention. exemple: DEC en comptabilité (2016) ;
  • tes compétences clés et ton expertise ;
  • tes compétences linguistiques (indique ton niveau) ;
  • Compétences informatiques (indique ton niveau également) ;
  • tes qualités personnelles (l’occasion pour toi d’en dire un peu plus, sur qui tu es en tant que professionnelle et en tant qu’individu).

4 – Une section compétence tu éviteras

Ce commandement est en lien direct avec le suivant. Si une section compétence professionnelle peut être pertinente quand tu es jeune diplômée et que tu n’as pas beaucoup d’expérience. Dès lors que tu es expérimentée, tu cours le risque que cette section ressemble à une “shopping list”. En effet, mis hors contexte professionnel, les compétences professionnelles peuvent tout et ne rien dire. En tant que Boss Lady, tu n’as que 2 pages et pas une de plus, pour résumer toute ta vie professionnelle! Donc on va à l’essentiel et on est efficace!

5 – À ta réalité actuelle, ton cv tu adapteras

En tant que Boss Ladies, nous devons faire ressortir nos compétence avec distinction! Or, ne pas avoir une section compétence ne veut pas dire faire un trait dessus! Sauf qu’au lieu de lister toutes tes compétences dans une section, je te propose de les mettre en contexte et en valeur, en les intégrant à ta section ” Expérience professionnelle”. Je te vois déjà regarder ton écran en te demandant de quoi je parle…voici comment faire :

  • Indique ton titre, l’entreprise puis tes dates d’emploi ;
  • En dessous, rédige 2 lignes maximum résumant ton rôle au sein de l’entreprise et le secteur dans lequel tu as travaillé ;
  • Identifie 2-3 volets maximum de compétences professionnelles que tu souhaites mettre en valeur dans cette expérience. ex: volet gestion des réseaux sociaux et volet planification d’évènement, peuvent-être pertinents pour quelqu’un travaillant en communication. Le fun, c’est que pour chaque expérience professionnelle, les volets peuvent-être différents ;
  • Liste tes tâches (maximum 5) pour chaque volet…et le tour est joué!

Voilà comment sortir du lot, tout en mettant en contexte, les diverses compétences acquises à travers toutes tes expérience professionnelles. De plus, ce format est surtout pertinent pour celles qui veulent se réorienter par exemple, et mettre en avant leur compétences transférables.

Pour t’aider, voici un lien vers le Guide sur le CV proposé par le Service à la vie étudiante de l’UQAM, qui tout en te  proposant divers conseils sur la rédaction du CV, te propose divers modèles…à personnaliser bien sûr!

Comme disait Arthur Ashe, le premier joueur de tennis noir à être sélectionné au sein de l’équipe nationale américaine, “Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation“.

 

Donc bon succès!