Conciliation travail et vie personnelle : Comment trouver son équilibre ?

Conciliation travail et vie personnelle : Comment trouver son équilibre ?
conciliation travail famille 3

Dans le monde ultra connecté dans lequel nous évoluons, la frontière entre travail et vie personnelle s’amincit et devient de plus en plus perméable. En tant que travailleurs, certes, nous avons vu notre temps de travail diminuer par rapports à nos ainés. Néanmoins, les responsabilités ainsi que les exigences de performances et de productivité ont elles fortement augmenté. Pour reprendre les propos de Mme Stacy Parker, Vice présidente exécutive du marketing de Randstad, je constate au quotidien en tant que gestionnaire ressources humaines, que la technologie contribue à fusionner la vie personnelle et professionnelle des employés. “Aucune génération n’a été aussi branchée que celle-ci et, pour le meilleur ou pour le pire, […] On n’arrête pas de vivre quand on va au travail et souvent, aujourd’hui, on arrête pas de travailler quand on arrive à la maison.” [1]

1 – Quels sont les impacts?

De nos jours, en tant qu’individus nous ne voulons plus uniquement nous définir que par notre métier. De plus, la quête d’épanouissement personnel peut être génératrice de stress et entrer en contradiction avec l’exigence de performance au travail.

Au quotidien, concilier travail et vie professionnelle peut devenir un choix cornélien. Or, le manque de conciliation peu avoir des impacts négatifs sur notre vie :

  • Réduction du temps consacré aux activités autres que le travail (loisirs, bénévolats, etc.) ;
  • Sentiments d’être dépassé, de perte de contrôle ;
  • Diminution de l’efficacité ;
  • Absentéisme ;
  • Troubles de l’humeur et du sommeil, anxiété et augmentation du stress ;
  • Développement de mauvaises habitudes de vie, mauvaise alimentation et baisse de l’exercice physique.

2 – Respecter ses valeurs!

L’objectif de cet article est avant tout de te donner des outils te permettant de trouver un équilibre entre ta vie au travail et ta vie personnelle. Pour tendre vers cet équilibre et mettre en place les actions requises pour atteindre cette stabilité, il est crucial de prendre le temps de la réflexion et de définir ses valeurs et objectifs de vie.

Il est possible de les distinguer de la manière suivante[2] :

conciliation travail famille 2

 

  • Le professionnel : inclus le travail et les projets professionnels ;
  • Le relationnel : les relations amoureuses, familiales et amicales ;
  • Le financier : les sources de revenus, tes dettes, etc ;
  • La santé : l’alimentation, le bien-être et les activités physiques, etc ;
  • Les loisirs : le temps consacré à soi, les activités culturelles, l’implication communautaire, etc.

 

3 – Prioriser ses objectifs

Les objectifs que tu te fixes en fonction de tes valeurs ne sont pas immuables et seront appelés à évoluer. Mais il est important de prioriser les objectifs qui actuellement te tiennent à cœur. Par exemple, si le financier et le professionnel sont des objectifs importants pour toi, il est tout a fait normal que tu y consacres plus de temps que quelqu’un qui valorise le relationnel et la santé.

Trouver l’équilibre ne signifie pas accorder un temps égal à chaque objectif. Trouver l'équilibre pourrait se résumer à faire des choix…dès lors que le professionnel domine les autres objectifs et devient ainsi vecteur d’insatisfaction et potentiellement de stress.

En parlant d'équilibre, es-tu familière avec la règle des 33 % ?

Si toi aussi tu désires partager tes conseils et astuces pour une meilleure conciliation, n’hésites pas à les partager avec nous! En effet, les choix sont multiples et propres à chacun. C’est en assumer les conséquences qui peut s’avérer être difficile. Cependant, garde en tête que le “bonheur est une décision que nous prenons d’être heureux quoiqu’il arrive” (André Marois).

Signature article Bibisha

Les 5 commandements pour un cv qui se démarque

Les 5 commandements pour un cv qui se démarque

 

Souvent négligé, le curriculum vitae (CV) est pourtant à considérer comme ta carte d’affaire. Étant très souvent ton premier contact avec ton “futur employeur” (un peu de renforcement positif ne fait pas de mal), le cv doit donc refléter ta carrière…et ta personnalité!

1 – Clair et concis ton CV sera

Première chose à savoir, dans les ressources humaines, on aime l’efficacité! Et quand pour un poste nous devons passer au travers d’une centaine de CV, on n’a pas le choix que d’être…efficace! Pour que ton cv soit claire, il faut qu’il soit bien organisé et structuré, que l’information pertinente se trouve au bon endroit et soit facilement accessible pour celui qui le lira. De plus, si tu es doctorante et que tu as publié des articles et autres, oui, ton CV mérite de faire 3 pages. Mais dans le cas contraire, 2 pages est le format standard. Personnellement, en période intense de recrutement, je ne consacre pas plus d’une dizaine de seconde à l’analyse d’un cv…donc tu sais quoi faire pour passer le premier filtre!

2 – Un titre tu lui donneras

Quoi de plus clair qu’une personne qui dit tout simplement ce qu’elle recherche et son expertise! En effet, d’un simple coup d’œil cela me permet de savoir à qui j’ai à faire. De plus, très souvent dans les entreprises, il se peut qu’il y ai plus d’un poste vacant. Donc, quand ton CV n’a pas de titre, cela me mets dans la situation de devoir “deviner” le poste qui te correspondrait et cela rend ta candidature moins solide. En effet, un titre me donne de l’information sur ton projet professionnel, mais aussi (pour celles qui adoptent le choix du sous-titre), tes années d’expérience, tes qualifications, ta disponibilités, etc. Considère le titre de ton CV comme un “teaser”, qui doit susciter l’intérêt du recruteur et lui donner envie d’en découvrir un peu plus sur toi et ton parcours!

3 – Un résumé professionnel tu rédigeras

Très souvent, les candidats attendent la deuxième page et l’avant dernière section de leur CV pour donner des informations clés, comme leur(s) diplôme(s). Pourquoi? Sachant que pour certains postes, l’obtention de tel diplôme, est une condition sine qua none, pourquoi ne pas l’indiquer d’office dans un petit paragraphe d’introduction résumant ton parcours professionnel? Rédigé à la troisième personne (cela permet d’éviter de dire “JE” à chaque ligne), tu donnera les informations les suivantes :

  • tes années d’expériences (si tu ne l’as pas indiqué dans ton sous-titre) ;
  • ton diplôme le plus pertinent pour le poste auquel tu postules et l’année d’obtention. exemple: DEC en comptabilité (2016) ;
  • tes compétences clés et ton expertise ;
  • tes compétences linguistiques (indique ton niveau) ;
  • Compétences informatiques (indique ton niveau également) ;
  • tes qualités personnelles (l’occasion pour toi d’en dire un peu plus, sur qui tu es en tant que professionnelle et en tant qu’individu).

4 – Une section compétence tu éviteras

Ce commandement est en lien direct avec le suivant. Si une section compétence professionnelle peut être pertinente quand tu es jeune diplômée et que tu n’as pas beaucoup d’expérience. Dès lors que tu es expérimentée, tu cours le risque que cette section ressemble à une “shopping list”. En effet, mis hors contexte professionnel, les compétences professionnelles peuvent tout et ne rien dire. En tant que Boss Lady, tu n’as que 2 pages et pas une de plus, pour résumer toute ta vie professionnelle! Donc on va à l’essentiel et on est efficace!

5 – À ta réalité actuelle, ton cv tu adapteras

En tant que Boss Ladies, nous devons faire ressortir nos compétence avec distinction! Or, ne pas avoir une section compétence ne veut pas dire faire un trait dessus! Sauf qu’au lieu de lister toutes tes compétences dans une section, je te propose de les mettre en contexte et en valeur, en les intégrant à ta section ” Expérience professionnelle”. Je te vois déjà regarder ton écran en te demandant de quoi je parle…voici comment faire :

  • Indique ton titre, l’entreprise puis tes dates d’emploi ;
  • En dessous, rédige 2 lignes maximum résumant ton rôle au sein de l’entreprise et le secteur dans lequel tu as travaillé ;
  • Identifie 2-3 volets maximum de compétences professionnelles que tu souhaites mettre en valeur dans cette expérience. ex: volet gestion des réseaux sociaux et volet planification d’évènement, peuvent-être pertinents pour quelqu’un travaillant en communication. Le fun, c’est que pour chaque expérience professionnelle, les volets peuvent-être différents ;
  • Liste tes tâches (maximum 5) pour chaque volet…et le tour est joué!

Voilà comment sortir du lot, tout en mettant en contexte, les diverses compétences acquises à travers toutes tes expérience professionnelles. De plus, ce format est surtout pertinent pour celles qui veulent se réorienter par exemple, et mettre en avant leur compétences transférables.

Pour t’aider, voici un lien vers le Guide sur le CV proposé par le Service à la vie étudiante de l’UQAM, qui tout en te  proposant divers conseils sur la rédaction du CV, te propose divers modèles…à personnaliser bien sûr!

Comme disait Arthur Ashe, le premier joueur de tennis noir à être sélectionné au sein de l’équipe nationale américaine, “Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation“.

 

Donc bon succès!